STATUTS de l' Association " EMMANUEL-SOS-ADOPTION " (extrait)
Article 1 -Dénomination

Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet 1901 et le décret du 16 Août 1901 ayant pour titre " EMMANUEL-SOS-ADOPTION ".

Article 2 - But

Cette association a pour but l'organisation de toutes activités, quelles qu'elles soient, pouvant dans une perspective d'amour et de respect de la dignité de la personne humaine, aider au bien et au service de la mère et de l'enfant en détresse, ainsi qu'à ceux des foyers désireux de s'ouvrir à l'enfant démuni de famille ; initier ou créer toute activité aidant au développement des potentialités de la personne handicapée, physique ou mentale. enfant ou adulte.

Elle poursuit, en particulier, les objectifs suivants, sans que cette énonciation soit limitative mais seulement énonciative :

1°- prendre en charge, aider et développer par tous moyens appropriés l'Oeuvre de Bienfaisance fondée en 1975, à Montjoie. par Lucette et Jean Alingrin , pour le service de la personne handicapée et de sa famille, et particulièrement celui de l'enfant délaissé .

2° -soutenir par une subvention d'équilibre justifiée sur budget prévisionnel et en mettant à sa disposition l'infrastructure de Montjoie, l'Organisme Autorisé pour l'Adoption, O.A.A., Association EMMANUEL-France , prenant le relais dans le cadre du décret N° 2002-575 du 18 Avril 2002 relatif aux O.A.A. , du volet ADOPTION de l'oeuvre de Bienfaisance .

3°- faire siennes les tâches de l'O.A.A. EMMANUEL-France ayant trait à :

- la garantie à l'enfant mis au monde, non désiré ou né avec une anomalie physique quelconque, de lui donner l'amour d'une famille qui viendra prendre le relais de ceux qui l'ont mis au monde et ont fait le choix de le confier en adoption ;

- l'information de l'opinion publique et particulièrement les milieux médicaux-sociaux et familiaux sur les aspects positifs de l'adoption des enfants handicapés ;

- la collaboration avec les autres organismes publics et privés, nationaux et internationaux, que les droits et les besoins des enfants délaissés parce que handicapés ne peuvent laisser indifférents ;

la réflexion sur la vie de la personne porteuse d'un handicap physique ou mental ;
la réflexion sur l'évolution de l'adoption ;
l'entretien et le développement d'un réseau d'amitié entre les familles ayant réalisé de tels accueils , le soutien nécessaire tant auprès des adoptés que des adoptants ;
l'archivage et le suivi des dossiers des enfants confiés en adoption de 1967 à 2003
4°- enfin, d'une manière générale, directement ou indirectement, travailler par tous les moyens à atteindre ces buts.
RETOUR Page précedente